Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Secrétaire indépendante

Le parcours d'une secrétaire indépendante installée au Mans, mais qui travaille sur toute la France !

Questions / Réponses

Questions / Réponses

Je me suis amusée à imaginer cet article en fonction des questions qui reviennent le plus souvent depuis que je me suis installée.

J’espère que les réponses apportées permettront d’éclaircir certains points…

Qu’est-ce que Liria Assistance ?

« Liria Assistance » est le nom commercial que j’ai décidé de donner à mon activité. Derrière ce nom, il n’y a que moi. Il ne s’agit pas d’une société avec plusieurs secrétaires.

Et Oxalis ?

Oxalis est une coopérative d’activités et d’emplois qui héberge « Liria Assistance ». C’est mon statut juridique. Grâce à Oxalis, je bénéficie d’un numéro de SIRET pour exercer en toute légalité et facturer mes prestations. La structure mutualise plusieurs services, je n’ai pas à m’occuper des formalités comptables, juridiques et administratives de mon activité. Je profite d’une assurance professionnelle, d’une protection sociale ainsi que tout autre avantage salarial.

Quelle est la différence avec le portage salarial ?

Le portage salarial reste un échange commercial entre trois parties : le prestataire – la société – le client. Il n’est pas possible de prendre part aux décisions politiques et économiques. La coopérative appartient aux entrepreneur.e.s associé.e.s, ma voix compte ! En outre, la notion de solidarité et de coopération y est très importante. De nombreux projets communs, des ateliers, des rencontres se mettent en place ce qui est très enrichissant.

Dans ce cas, vous travaillez pour la coopérative ?

Non, je suis entrepreneure comme pour n’importe quel autre statut. Ce n’est pas parce que je suis « entrepreneure-salariée » que je travaille pour la coopérative. Celle-ci dispose d’un siège administratif avec toutes les compétences requises.

Est-ce la coopérative qui trouve vos clients ?

Je suis tenue au bon fonctionnement commercial de mon activité. Je suis donc responsable, c’est à moi de trouver mes clients. Il peut arriver que, par le bouche-à-oreille dans ma coopérative, je puisse trouver des clients par ce biais. Toutefois, ce n’est pas elle qui s’engage à m’apporter ma clientèle.

Déclarez-vous vos chiffres au RSI ?

Non, les déclarations sont effectuées aux mêmes organismes que ceux d’un salarié. Et ce n’est pas moi qui effectue mes déclarations, le siège de la coopérative s’en occupe. Je n’ai donc pas tous ces tracas administratifs en tête et je peux me concentrer sur mon activité.

Pourquoi gérez-vous les tâches administratives et commerciales d’entrepreneurs de la coopérative si vous avez un service pour cela ? (Il s’agit d’entrepreneurs qui font appel à mes services en tant que prestataire, ce sont mes clients.)

Les entrepreneur.e.s de la coopérative sont tenu.e.s à la bonne gestion de leur activité. Ils/Elles doivent s’assurer que la santé financière de leur activité, mais aussi que leur trésorerie personnelle, se portent bien.

Par rapport aux prestations que je propose et qui peuvent prêter à confusion, il y a :

  • Les notes de frais : ce n’est pas à la structure de rassembler les différents frais mensuels, d’ordonner les justificatifs et de les saisir sur le logiciel interne. Cette tâche représente un temps considérable pour l’entrepreneur.e qui préfère alors déléguer et se concentrer sur autre chose. Le rôle du siège est de s’assurer que la note de frais est bien en conformité avec la loi, vérifier que les règles ont été respectées et procéder au remboursement si cela est possible.
  • Les relances de facture : il arrive que certains clients ne paient pas dans les délais impartis. Avant d’importuner le siège à relancer les clients, il faut s’assurer qu’il ne s’agit pas simplement d’un oubli, d’un mail perdu/non reçu, d’un problème de libellé, etc. Le siège intervient lorsque tout le nécessaire a été fait du côté de l’entrepreneur.e et qu’il convient d’envisager une procédure de recouvrement.

Vous faites partie d’une coopérative, mais vous êtes aussi salariée d’une association. Comment est-ce possible ?

Le fait d’être dans une coopérative n’empêche pas d’avoir une autre activité par ailleurs, à la condition que cela n’excède pas un certain nombre d’heures par semaine/mois. Les deux ne sont pas incompatibles. Ce n’est pas parce que je suis indépendante/freelance qu’être une « salariée classique » me rebute.

Pourquoi demandez-vous un tel tarif ? (La question qui fâche !)

Selon ce que j’ai constaté, le tarif peut varier de 15 à 60 euros de l’heure. Le mien est de 40 € HT / 48 € TTC (au moment de la rédaction de cet article). Sans parler de ce qu’il nous reste après la déduction des charges, j’estime que mon expérience, mon engagement et mon expertise (les trois E !) requièrent une certaine valeur. Je préfère également privilégier la qualité, plutôt que la quantité. Enfin, pour parler crûment et en toute franchise, je ne me suis pas installée en tant qu’indépendante pour toucher le SMIC ou moins (exemple du tarif à 15 € de l’heure, par exemple…).

Il est difficile d’entendre cette question. Demandons-nous des comptes à un électricien, à un plombier sur son tarif horaire ?

En règle générale, ceux qui posent la question ont encore du mal à voir la secrétaire comme un.e prestataire et associe la profession à du travail salarial. Le taux horaire est alors comparé avec celui du SMIC. Or, il n’y a aucun rapport. Ces personnes ne se rendent pas compte de tout ce qu’il y a derrière la prestation…

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article